Coopérer en microfinance et microassurance
avec le Sud
19 mai 2021

Des fèves de cacao d’Équateur : la base de notre chocolat belge

En mars 2021, le photographe Philippe Lissac s'est rendu en Équateur pour BRS et d'autres organisations. Dans sa valise se trouvaient quelques boîtes de dégustation de douze parfums de chocolat (grâce à Chocolate Nation). Nous l'avons suivi lors de son voyage inversé du chocolat à la fève de cacao.

Mariana Arana, la PDG enthousiaste de notre organisation partenaire Union El Ejido, a accompagné personnellement Philippe à San Roque, un village de montagne dans le nord de l’Équateur. Ils ont été accueillis par le producteur de cacao Edmundo Ruiz, un fidèle client de la coopérative d’épargne et de crédit, et sa famille.

La randonnée s'est avérée éprouvante dans cette région montagneuse, avec des chutes des visiteurs sur les sentiers boueux glissants. Mais pas pour Edmundo et ses enfants, qui font ce voyage presque tous les jours. Rapides et agiles, ils continuaient à montrer fièrement leur plantation. Les fruits rouges mûrissaient sur la tige des cacaoyers. Les fruits contiennent entre 40 et 50 fèves de cacao dans une chair blanche. Les fèves fraîches sont-elles bonnes ? Cela dépend de nombreux facteurs et de vos goûts, mais ce n'est pas la fève, mais la chair blanche qui l’entoure, la pulpe, que les enfants mangent sur place. Ils adorent ça.

Après fermentation et séchage, les fèves de cacao sont prêtes à la vente. Tout un processus de production suivra alors avant que les fèves de cacao n’aboutissent dans notre délicieux chocolat belge. Pour 100 g de chocolat au lait, il faut environ 60 fèves de cacao, soit environ une cabosse pour une barre de chocolat.

De retour au domicile d’Edmundo, il était temps de tester notre chocolat. Que penserait Edmundo du produit fini ? Quel est le goût préféré de la famille de ce producteur de cacao ?  Mangent-ils en fait du chocolat ?  Les douze saveurs ont été testées, du sucré à l’amer. Le chocolat noir, fondant, c'est ce qu'ils ont le plus aimé. Et non, ils ne mangent pas beaucoup de chocolat.

Il n'y aurait pas de chocolat belge sans les producteurs de cacao comme Edmundo. Nous avons encore plus de respect pour ces travailleurs acharnés. Les adieux ont été chaleureux. Les boîtes de chocolat supplémentaires sont restées à San Roque.