Coopérer en microfinance et microassurance
avec le Sud
22 septembre 2020

Avec BRS Microfinance Coop, nous avons trouvé un partenaire qui partage les mêmes valeurs que nous

D’excellents résultats financiers et une politique sociale ambitieuse : dans l’institution de microfinance LOLC Cambodge, les deux vont de pair. Avec 200.000 emprunteurs et une croissance moyenne de 50 % par an, l’IMF récolte également des éloges de par le monde pour son impact social. C’est donc avec une grande conviction que BRS Microfinance Coop a décidé d’investir 1,7 million d’euros dans LOLC. Socheat Nop, chef du département Social Performance Management (SPM), explique comment l’IMF stimule et surveille l’impact social de ses activités.

Le client est au centre de tout

« Cela bénéficiera-t-il au client ? Cette question, nous nous la posons dans tout ce que nous faisons. Que ce soit dans l’élaboration d’une vision stratégique ou de décisions opérationnelles ou dans la création de produits financiers : le client se trouve toujours au centre de nos préoccupations. Nous ciblons un public rural avec de faibles revenus. Au sein de l’équipe SPM, nous contrôlons scrupuleusement si nous atteignons
effectivement ces personnes. Nous utilisons pour cela le Progress out of Poverty Index (PPI) : un instrument qui mesure le degré de pauvreté de nos clients à l’aide de dix questions standard. Et qui vérifie aussi si nos produits répondent à leurs besoins et améliorent leur qualité de vie. Le PPI confirme que la majorité de nos clients vivent dans la pauvreté ou ont des revenus très faibles. En outre, trois quarts d’entre eux sont des femmes et la moitié travaille dans le secteur agricole.

Impact à surveiller

Comme nous travaillons avec des personnes vulnérables, nous accordons une attention particulière à la protection de nos clients. Ainsi, ils ont par exemple la possibilité de choisir parmi un large éventail de produits et ils peuvent aussi bénéficier de solutions de remboursement flexibles. Chaque demandeur de
crédit reçoit également la visite d’un collaborateur. En évaluant sur place les conditions de vie et la capacité de remboursement, nous évitons que les gens accumulent trop de dettes. Et nous leur donnons des informations claires sur nos prix, nos délais et nos conditions. En 2018, LOLC a obtenu le certificat de protection du client (CPP), preuve que nous appliquons des normes éthiques élevées et que nous protégeons nos clients efficacement. Nous protégeons également nos clients en leur proposant des formations financières, en groupe et via la radio. Et nous formons aussi nos propres collaborateurs aux principes de SPM.
Par ailleurs, notre IMF surveille également l’impact social de ses emprunts et les effets sur l’environnement. Ceux qui font travailler des enfants ou qui emploient des travailleurs de façon illégale ne recevront jamais de crédit de notre part. Et nous ne prêtons pas non plus à ceux dont les activités nuisent à l’environnement.

Tout le monde est gagnant

Cette politique sociale profite évidemment en premier lieu à nos clients. Mais le fait de placer le client au centre de tout profite aussi à LOLC. Car des clients satisfaits auront tendance à rester et en attireront de
nouveaux. En tant qu’IMF, cela nous permet de croître et de nous inscrire dans la durée. BRS : un partenaire qui partage les mêmes valeurs L’investissement de BRS Microfinance Coop rend aussi cette croissance possible : nous pouvons désormais accorder des prêts à davantage de personnes. Et nous en sommes très heureux ! D’autant plus que nous avons trouvé avec BRS un partenaire qui partage les mêmes valeurs que nous et qui, comme nous, accorde une grande importance à l’aspect social de la microfinance. Je suis très fière de faire partie de cette aventure ! Ensemble, nous aidons les personnes vivant dans la pauvreté à aller
de l’avant. Et cela me rend très heureuse. »