Coopérer en microfinance et microassurance
avec le Sud
18 mai 2020

Des fils d’agriculteurs pour BRS

Rien de plus passionnant qu'un échange entre des personnes qui partagent les mêmes idées ! En février, BRS a envoyé deux fils d’agriculteurs en mission : Johan Blocquiaux, directeur d’agence Agro chez KBC, et Danny Pieraets de l'Institut BRS. Tous deux ont un passé chez CERA et dans le domaine de la banque coopérative. Avec Vincent Monnart de BRS, ils se sont rendus à l’UIMCEC au Sénégal, une institution de microfinance qui s’adresse - vous l’aurez deviné - aux agriculteurs !

Coopérative à 100 %

Danny : « UIMCEC signifie Union des Institutions Mutualistes Coopérative d’Epargne et de Crédit ».

Johan : « Il s’agit d’une société coopérative à 100 %, qui compte un siège social et quatre caisses régionales, chacune avec ses bureaux et ses guichets. C’est donc vraiment comparable aux anciennes sociétés CERA, qui avaient leur siège central à Louvain. »

Davantage de femmes, davantage de jeunes

Danny : « Aujourd’hui, cette coopérative veut étendre son portefeuille de crédits agricoles et souhaite surtout toucher plus de femmes et de jeunes. Pourquoi ces groupes ? Pour permettre aux femmes de nourrir leur famille et de générer un revenu. Les femmes sont en outre très fiables en matière de remboursements. »

Johan : « Et en impliquant les jeunes, l’UIMCEC veut aussi les familiariser avec le microcrédit. La coopérative les aide ainsi à développer une mentalité d’autonomie qui les aide à progresser dans la vie. »

Danny : « Pour ce faire, l’UIMCEC a décidé de créer un centre de crédits agricoles. C’est dans ce cadre que la coopérative souhaite obtenir le soutien de BRS. Notre mission était de déterminer comment nous pouvons les aider précisément et de déjà commencer à travailler. »

De la fourche à la fourchette

Johan : « Notre premier travail a été de faire connaissance et de nous familiariser avec l’univers de l’UIMCEC. Avec les activités qui se déroulent au siège central, dans les caisses et les agences bancaires et avec des collaborateurs aux fonctions diverses. Et évidemment, avec les clients, agriculteurs et horticulteurs, actifs dans la chaîne agroalimentaire. « De la fourche à la fourchette » décrit ainsi l’ambition de l’UIMCEC en matière de financement agricole. »

Danny : « L’une de ces clientes cultivait des oignons. Avec beaucoup de fierté, elle nous a montré ses terres et le système d’irrigation qu’elle a installé grâce à son crédit. Cela lui permet d’améliorer son rendement et d’augmenter ses revenus. Elle a également eu une nouvelle chance de grandir et de développer sa culture. »

De Raiffeisen à KBC

Johan : « Après notre visite sur le terrain, nous avons animé des ateliers pendant trois jours. Pour les directeurs des caisses régionales et les collaborateurs de différentes branches de la banque. Et en présence du CEO Ousmane Thiongane.
J’ai surtout expliqué notre fonctionnement en matière de crédits agricoles et la façon dont nous avons évolué dans ce domaine. Depuis l’histoire de la caisse Raiffeisen et de la CERA jusqu’à notre situation actuelle chez KBC. »

Danny : « Vincent et moi nous sommes concentrés davantage sur le fonctionnement du projet. Comment définir un projet ? Comment faire en sorte que la mission soit claire pour tous les membres de l’organisation ? Comment composer une équipe ?... Nous nous sommes également penchés sur le processus de crédit, car s’ils veulent que leur portefeuille de crédit augmente, ils doivent gérer le tout le plus efficacement possible. Ils ont ensuite traduit notre input pour l’appliquer à leur propre situation. »

La loi des fils d’agriculteurs

Johan : « Les journées de travail ont été intenses, mais je suis très heureux d’avoir appris à connaître le secteur agricole sénégalais et d’avoir pu partager mon expérience. L’ambiance était également très chaleureuse. On dirait qu'il existe une sorte de loi universelle qui vous donne immédiatement du crédit si vous êtes un fils d’agriculteur et que vous discutez avec des agriculteurs. Parce qu’ils savent que vous comprenez leurs inquiétudes. Vous êtes leurs semblables, au-delà des frontières et des différences culturelles. »

Danny : « Un fermier reste un fermier, hein ! Où que vous l’envoyiez. Ce lien particulier avec la nature relie les agriculteurs entre eux. Pour moi, ce voyage professionnel a surtout confirmé l’immense valeur de la pensée coopérative. L’approche coopérative est une forme de travail intemporelle. Elle traverse toutes les époques, quelles que soient les circonstances. Elle se fait à l’avantage de tous et est toujours judicieuse. Même en ces temps modernes. »

Des fils d’agriculteurs pour BRS

FL1 FL10 FL11 FL2 FL3 FL4 FL5 FL6 FL7 FL8 FL9
Galerie de photos