Coopérer en microfinance et microassurance
avec le Sud
18 mai 2020

Solidarité en période de coronavirus

Qui aurait pu imaginer qu'un virus pourrait avoir une emprise sur le monde entier ? Pas nous, chez BRS, en tout cas. 

Mais parallèlement aux difficultés, la solidarité grandit aussi par-delà les frontières.
Nos e-mails et nos entretiens avec nos partenaires en Afrique et en Amérique latine commencent toujours par « Nous espérons que vous vous portez bien ». 

Cette préoccupation est réciproque. Les institutions de microfinance mettent tout en œuvre pour protéger la santé de leur personnel, tout en garantissant les services nécessaires à leurs clients. BRS souhaite les soutenir au mieux dans cette démarche. Et encore plus aujourd'hui, alors que les conséquences économiques sont de plus en plus manifestes.

Les personnes qui ont peu de réserves sont les premières à ressentir les conséquences économiques

C'est évidemment aussi le cas chez nous. Mais dans le Sud, la grande majorité de la population dépend d'un salaire journalier minimum, qu'elle gagne comme vendeur de rue, journalier dans l'agriculture, petit commerçant. Pour ces personnes, un « lockdown » signifie presque littéralement qu’elles n’ont rien à manger, car elles ont peu de réserves. Les petits agriculteurs ne peuvent plus apporter leurs fruits et légumes sur les marchés. La fermeture des marchés et des petits magasins marque la fin de leurs revenus quotidiens.

De nombreux clients des institutions de microfinance (IMF) ne peuvent pas compter sur leur épargne et n’ont généralement pas d’assurance maladie. En outre, dans certaines régions, les gens vivent dans une grande promiscuité et des services de base tels que les équipements sanitaires, l’eau potable et les soins médicaux font défaut. À long terme, cette situation peut même engendrer des troubles sociaux. Heureusement, la solidarité et l'optimisme sont omniprésents.

José Osorio, l'entrepreneur du Honduras qui réalise des mosaïques, nous a envoyé le message suivant :

« Nous avons dû renvoyer tous nos travailleurs chez eux, mais nous veillons à ce qu’ils ne manquent ni de nourriture, ni de moyens financiers pour traverser cette phase. Une fois que nous aurons surmonté cette crise, nous travaillerons dur pour réparer les conséquences économiques qu'elle aura inévitablement entraînées. »

Vous trouverez ces messages, ainsi que d'autres, sur la page Facebook de BRS.

Soutien supplémentaire de BRS asbl

Outre les conseils que nous continuons à prodiguer à distance, BRS a entrepris des actions supplémentaires.

En ces temps exceptionnels, BRS entend faire preuve de solidarité avec ses IMF partenaires, grâce à un soutien financier supplémentaire de 5 000 euros en guise d’intervention dans les frais des mesures de prévention.

BRS a rédigé un manuel supplémentaire pour son logiciel MicroVision. Ce document permet aux responsables d’institutions de microfinance d'adapter de manière pratique leur planification financière et de tester les scénarios de crise nécessaires. Il est disponible gratuitement sur le site www.microfact.org.

La coopérative d'investissement BRS Microfinance Coop offre un peu de répit

BRS Microfinance Coop suit de près ses investissements en cours dans le Sud. Elle tient compte du fait que certaines organisations peuvent rencontrer des problèmes de liquidités et demander un report du remboursement. 

En tant qu’investisseur social, BRS Microfinance Coop ne considérera pas immédiatement les IFM qui rencontrent des problèmes de remboursement comme des mauvais payeurs, mais, en collaboration avec notre conseiller en fonds Incofin IM, prendra des mesures qui tiennent compte des besoins et de la capacité des IFM. Cette démarche revient principalement à réorganiser les délais de remboursement et à faire preuve de flexibilité lors de l’amortissement du capital et/ou des intérêts. Heureusement, nous ne sommes pas seuls pour mettre en œuvre ces mesures, car les principales IFM investisseuses ont signé un accord en vue d'une approche mondiale commune. Ce lien vous permettra d'en savoir plus.

Nous vous tiendrons au courant des développements sur Facebook, sur le site Internet de BRS et dans la newsletter de BRS.